Financement

Financement participatif : les trois leviers…

Fleur Pellerin, la ministre déléguée aux PME et à l’économie numérique, a dévoilé une règlementation destinée à favoriser l’essor de ce nouveau mode de financement, qui pèse déjà 80 millions d’euros en France. Le «crowfunding » a acquis une légitimité certaine, en France. Et Le crowfunding n’est pas un gadget. La preuve, c’est au ministère de l’Economie et des Finances que se sont tenues, le 30 septembre, ces premières assises du financement participatif. Lequel consiste à mettre en relation quasi-directe – via des plates-formes Internet – des porteurs de projets en quête de financement avec des particuliers disposés à effectuer des dons, à prêter de l’argent ou bien à investir des capitaux.

Lire l’intégralité de l’article

La reprise c’est maintenant ou pas ?

La Banque de France a revu à la hausse sa prévision de croissance pour le troisième trimestre de l’année. Celle-ci augmente de 0,2 point après une prévision de 0,5% de croissance pour le second trimestre. Des chiffres que semblent confirmer les dernières publications de l’OCDE qui note une « tendance positive » en ce qui concerne l’hexagone. Mais outre les projections économiques, les acteurs de terrain ressentent-ils la reprise économique ?

Lire l’intégralité de l’article

Le PEA-PME pour investir dans « toutes » les PME ?

Vous avez un peu d’argent dans le côté ? Plutôt que de le laisser dormir, investissez-le dans une PME ! Le gouvernement veut orienter l’épargne des français vers les Petites et moyennes entreprises à l’aide d’un nouveau Plan d’épargne en actions (PEA) dédié aux petites sociétés et aux entreprises de taille intermédiaire (ETI), a annoncé le ministre de l’Economie Pierre Moscovici.
Ce PEA-PME sera créé dans le cadre du projet de loi de finances 2014. Avec un plafond de 75.000 euros

Lire l’intégralité de l’article

Crédits de trésorerie, le défi des fonds propres

Face à l’ampleur des besoins, les professionnels préconisent une mobilisation de l’épargne et une attention envers tous les profils d’entreprises. La nécessité d’aider les petites entreprises françaises à renforcer leurs fonds propres a été très souvent évoquée – en vain – depuis quelques années, et encore plus depuis le déclenchement de la crise financière. Au point de devenir une urgence aujourd’hui.

Livret A : financer les banques ou financer les PME ?

Livret A  financer les banques ou financer les PME
La baisse du taux du livret A et la réforme de l’épargne réglementée qui l’accompagne par décret, au 1er Août 2013, est en train de passer comme une lettre à la Poste. C’est bien dommage. Quelques réactions épidermiques des épargnants et des entrepreneurs s’expriment sur le web et révèlent une véritable inquiétude. Une baisse de 50 points de base du taux du livret A et du Livret de Développement Durable (LDD) ne va pas de soi…

SEPA, surtout ne pas attendre le dernier moment !

SEPA, surtout ne pas attendre le dernier moment !Q : banques-sepa.fr : Que signifie SEPA aujourd’hui pour les TPE/PME ? Où en sont-elles du passage aux nouveaux moyens de paiement européens ?
Bernard Cohen-Hadad : Aujourd’hui SEPA n’est pas encore significatif pour les PME. Bien sûr le terme est connu grâce à l’information faite par toutes les organisations. Par exemple, les responsables de PME voient SEPA régulièrement sur leurs bordereaux de virement. Par contre, il faut bien admettre que les modifications nécessaires à la mise en œuvre restent peu connues et insuffisamment maîtrisées par les petites entreprises. Les actions de pédagogie et d’échanges de bonnes pratiques entre PME sont plus que jamais nécessaires.

Q : A quoi tient ce décalage pour les PME ? Est-ce préoccupant par rapport à l’urgence moins de 8 mois avant la date définitive ?
Bernard Cohen-Hadad : L’échéance du 1er février 2014 paraît encore bien lointaine pour nombre de TPE/PME, qui sont préoccupées d’abord à la conjoncture et la tenue de leurs carnets de commandes. Il faut aussi être conscient que le tempo des PME diffère de celui des grandes entités. La taille des PME leur permet d’être très réactives sur un projet, et elles préfèrent souvent densifier les actions à mener.

Lire l’intégralité de l’article

Le capital investissement, absent des mesures de François Hollande

Le capital investissement, absent des mesures de François HollandeEn 2012, selon les chiffres de l’AFIC, les investisseurs en capital ont investi 6072 millions d’euros au capital de 1548 entreprises soit un ticket moyen de 3,9 millions d’euros par entreprise (5,7 en 2011). Le capital investissement connait une crise de financement et les tickets d’investissements s’adressent prioritairement aux entreprises d’une certaine dimension. C’est dommage car le capital investissement en amorçage, en développement et en reprise d’entreprise doit devenir durablement une source complémentaire du financement bancaire pour toutes les entreprises. Il doit aider toutes les PME à se développer. Encore faut-il changer de braquet.

Lire l’intégralité de l’article

PME, comment éviter la cessation de paiement, article publié par Agnès Bricard, Bernard Cohen-Hadad et Jacques Varoclier dans La Tribune le 21 mai 2013

PME, comment éviter la cessation de paiement, article publié par Agnès Bricard, Bernard Cohen-Hadad et Jacques Varoclier dans La Tribune le 21 mai 2013La crise fragilise la trésorerie des entreprises qui se trouvent parfois confrontées à un risque de cessation de paiement. Mode d’emploi pour éviter au patron de PME concerné de paniquer.

Le financement des TPE-PME est au cœur de la relance de notre économie. Les Assises de l’entrepreneuriat ont mis en évidence le besoin récurrent pour les TPE et PME de crédits de trésorerie nécessaires au financement de leurs besoins en fonds de roulement. Les établissements financiers déclarent que les crédits de trésorerie TPE sont en augmentation. Pourtant, le dernier baromètre CGPME-KPMG souligne que 26 % des PME se voient réduire l’accès au crédit. Dans quelques jours les PME vont présenter leur bilan comptable et se tourner vers leur banque pour prolonger ou renégocier des facilités de caisse. Si les exercices comptables sont bons, les concours financiers dont bénéficie l’entreprise seront reconduits […]

Accédez à l’intégralité de l’article.

L’épargne des Français ne sert pas aux entreprises : mais où va-t-elle donc ?

lepargne-des-francais-ne-sert-pas-aux-entreprises-mais-ou-va-t-elle-doncL’épargne financière des français représente 3600 milliards d’euros. On doit s’en réjouir car cela montre que les français sont responsables et prudents. Mais c’est un patchwork car quand on parle d’épargne on fait référence à une multitude de supports : l’assurance vie, l’épargne réglementée (livret A, LDD), l’épargne retraite, l’épargne salariale, l’épargne en actions des ménages, le fonds de réserve des retraites, la retraite additionnelle de la fonction publique. Et les mécanismes financiers actuels ne l’orientent pas assez vers le financement des PME et des ETI.

Comment mettre davantage à profit l’attachement particulier que les plus riches ont à l’épargne ?

Comment mettre davantage à profit l’attachement particulier que les plus riches ont à l’épargneComparer la France ou l’Europe aux Etats-Unis est toujours délicat en matière économique et financière. Les Américains vivent dans une véritable économie de marché qui privilégie leurs produits et leurs intérêts. Ils ont un autre rapport à l’argent et une autre façon d’en parler. Une autre façon aussi de le dépenser. Et l’entreprise est là pour faire du business. Mais en matière d’épargne cette étude montre-t-elle une différence de comportement que l’on soit d’un côté ou de l’autre de l’Atlantique ?

Soutien aux PME : autre chose que des mots…

Soutien aux PME  autre chose que des mots…Personne ne le conteste, la vitalité des PME est cruciale pour l’emploi. Elle l’est aussi pour le redressement de notre industrie et du commerce extérieur principaux vecteurs de la croissance. Et dans la chaine des valeurs ajoutées qui aboutit à un bien fini, ce sont souvent nos PME qui apportent le plus de maillons véritablement français. Osons le dire, grâce aux PME et aux ETI la situation peut être redressée alors qu’à fin septembre 2012 le déficit des transactions courantes représente 2,3 % du PIB et celui des biens 3,5 %. Acteurs privés et publics se disent déterminés. Mais il faut plus que des mots pour y arriver. C’est pourquoi deux ressources sont nécessaires: le financement et l’information.

Lire l’intégralité de l’article

Quelles solutions pour orienter davantage l’épargne des Français vers le financement de l’économie ?

Quelles solutions pour orienter davantage l’épargne des Français vers le financement de l’économieAprès le Rapport Duquesne sur l’Epargne réglementée (330 milliards€),le rapport Berger-Lefebvre sur l’Epargne financière (3 600 milliards€) arrive au même constat: la France est riche de son épargne et il convient de mieux l’orienter vers les PME et ETI. Qui peut s’en plaindre ? Pourtant depuis le mois de mai 2012, les PME attendent un peu plus en matière de financement que des constats. Elles réclament des mesures d’urgence, des mesures concrètes, des mesures efficaces. Acteurs économiques de terrain, les PME représentent plus de 2 millions et demi d’entreprises et 30% d’entre-elles connaissent régulièrement des problèmes d’accès au crédit. Alors aider au financement des PME par l’épargne c’est sans doute créer un choc. Mais en grâce, pas un choc de confiance.

Lire l’intégralité de l’article