Thierry REPENTIN, Ministre Délégué chargé des Affaires Européennes remet le Prix Etienne Marcel 2013

Mardi 10 décembre 2013 – Salons du restaurant du Sénat
À travers l’Association Etienne Marcel sont mises en valeur des PME performantes qui mettent l’homme, le territoire, la préservation de la planète au cœur de leur activité. Créé en 2011, le prix Etienne Marcel permet de faire connaître et partager les bonnes pratiques de ces entrepreneurs qui font souvent preuve d’initiatives novatrices bien au-delà de leur objet social.

Anne-Marie ESCOFFIER, Ministre déléguée Chargée de la Décentralisation remet le PRIX ETIENNE MARCEL 2012

anne-marie-escoffier-ministre-deleguee-chargee-de-la-decentralisation-remet-le-prix-etienne-marcel-2012A travers l’Association Etienne Marcel sont mises en valeur des PME performantes qui mettent l’homme, le territoire, la préservation de la planète au cœur de leur activité.
Créé en 2011, le prix Etienne Marcel permet de faire connaître et partager les bonnes pratiques de ces entrepreneurs qui font souvent preuve d’initiatives novatrices bien au-delà de leur objet social.

Prix Etienne Marcel : dossier de candidature de l’entreprise

Téléchargez le dossier de candidature de l’entreprise

Le Prix Etienne Marcel récompense les PME-PMI qui concilient esprit d’entreprise et engagement responsable.

Il s’adresse aux entreprises indépendantes qui mettent en place des actions innovantes en faveur de l’emploi, la formation professionnelle, l’égalité des chances et du développement durable.

Un prix spécial du jury est remis à une entreprise qui intègre dans son développement une dimension territoriale, des préoccupations sociales, environnementales et économiques.

Insertion économique: des paroles, des actes et des résultats

Insertion économique des paroles, des actes et des résultatsLe second tour pour l’élection du président de la République semble, faute de perspectives sur l’emploi, considérer comme accessoire le train de dégradation sociale qui touche à la fois les salariés et les petits patrons. Depuis septembre 2008, le tsunami économique, financier et social emporte tout. Nul n’est donc à l’abri d’un problème professionnel, d’un accident de la vie ou d’un refus d’accès au crédit. Dans ce contexte l’insertion par l’activité économique est le parent pauvre des politiques de l’emploi. Ce monde est celui des publics en difficultés, sans diplômes. Doit-on les oublier ?