Histoire : Mémoire courte et émotion sélective

Toute notre attention médiatique a été retenue par une phrase d’Emmanuel Macron, Mercredi 29 août 2018 à l’occasion de sa visite d’Etat au Danemark à Copenhague, concernant le caractère des Français et les assimilant à « des Gaulois réfractaires au changement ». Il n’en fallait pas moins pour « animer » notre vie politique, nos commentateurs et le PAF pendant 72 heures. Vraie-fausse ou fausse-vraie émotions passées, ce trait d’humour, pour reprendre la formule de l’Elysée, met en lumière la difficulté de prise de parole du Président de la République mais aussi la relation étonnante que nous pouvons avoir les uns et les autres avec notre Histoire de France. Notre Mémoire, comme nos références sont sélectives. Alors que nous sommes en pleine rentrée scolaire, et que l’Histoire n’a jamais été dans nos programmes un critère de sélection, il nous a semblé important de revenir sur un événement du mois d’août qui aurait dû être valorisé.

En effet, il est des semaines qui marquent l’Histoire, notre mémoire et nos vies. La semaine du 19 au 24 août 1944 est de celles-ci. Les événements qui ont marqué la Libération de Paris ne sont pas anodins. Et ils ne doivent pas le devenir même si très peu, à Paris au mois d’août, se sont souciés d’un 74ème anniversaire. On le regrette. Car ces jours de combats qui ont vu la reddition des troupes d’occupation allemande dans la Capitale ont été aussi une victoire de la diversité. Ils nous rappellent également que Paris ne peut pas appartenir à un clan et que notre ville doit vivre sa modernité dans l’intérêt pluriel de ses habitants.

On a été surpris, pour ne pas dire choqué, du peu d’attention de certains de nos édiles pour cette dernière commémoration. Il est vrai, le mois d’août est le mois des congés. Et puis, on n’intéresse pas les médias sur ce type de sujets. Mais tout de même, la Libération de Paris mérite mieux qu’un tweet parmi d’autres. Surtout après tous les événements douloureux que nous avons vécus à Paris depuis 2015 ! Et porter le témoignage de notre histoire auprès des jeunes générations, c’est aussi cela faire de la politique ! La Libération de Paris c’est l’obstination de De Gaulle, la détermination de Leclerc, le courage des Rol-Tangy, Léo Hamon, Dechartre et de toutes celles et ceux, plus ou moins anonymes, résistant(e)s de la première heure ou non, français ou étrangers, jeunes ou moins jeunes tombés au bas d’un immeuble ou au coin d’une de nos rues. Nous leur devons notre Liberté au quotidien. D’autant que l’esprit de Libération de Paris, quelles que soient les chapelles ou les réseaux a été marqué par beaucoup de spontanéité. Au lieu de s’agiter pour des peccadilles, n’oublions donc pas ce fourmillement d’envies, d’idées et de rébellions salvatrices. Il est la marque de fabrique de notre Capitale. Et travaillons, d’ores et déjà, à Paris et dans notre Région, à sensibiliser nos jeunes, dans nos écoles mais aussi en dehors, à valoriser le 75ème anniversaire, à venir, de la Libération de Paris !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.