L’emploi des jeunes des quartiers se fera avec les PME

L’emploi des jeunes des quartiers se fera avec les PME

Il est des défis que l’on aime relever. Celui de l’emploi des jeunes, diplômés ou non, issus des quartiers populaires, fait partie de ceux-là. Et pourtant, les chiffres de l’emploi dans les quartiers nous ramènent à une dure réalité : ces bonnes intentions ne suffisent pas. Notre nouvelle relation au temps, l’intrusion du numérique dans tous les moments de notre vie, l’urgence de la situation font qu’il faut plus que des mots. Seules des actions concrètes, visibles et en harmonie avec les attentes de tous les acteurs des territoires ont du sens. Le « Plan 1000 jeunes : les entreprises s’engagent ! » en Ile-de-France, qui s’appuie sur la plate-forme diversifiezvostalents.com, est lancé dans cet esprit.

Faire ensemble avec tous les acteurs sur le terrain

Cette fois, les entreprises sur le terrain ne sont pas face à un train de mesures nationales qu’on leur demande de relayer puis… d’oublier. Avec le soutien du préfet de région, et des parlementaires, elles sont enfin considérées comme des acteurs responsables d’un « projet test » sur leur territoire. Elles sont invitées à travailler pour échanger, amender un projet qui les concerne toutes. A leurs côtés, le rôle des organisations telles que l’APEC, Pôle emploi et des associations d’insertions sont indispensables pour apporter leur expertise et une connaissance des dispositifs institutionnels. Tous, sans hiérarchie, doivent faire vivre ce projet dans le cadre d’une gouvernance locale de l’emploi au plus près du terrain qui rassemble tout le monde.

Agir contre la pénurie de compétences

Dans la région capitale, les entreprises de tous les secteurs sont à la recherche de compétences et d’accompagnement. C’est vrai pour les métiers en tension tels que le bâtiment, la logistique ou la restauration.  Mais aussi pour l’industrie et les services. Pour les PME, les chiffres parlent d’eux-mêmes : 41% déclarent connaître régulièrement des difficultés pour embaucher des collaborateurs. Dans le même temps, des milliers de jeunes des quartiers, diplômés ou non, espèrent, sincèrement et légitimement, un emploi. Notre intérêt commun est de les faire se rencontrer.

Réussir, c’est oser de choisir

Face à l’ampleur de la tâche à accomplir on a souvent considéré qu’il fallait voir grand et faire vite. On a besoin d’une autre méthode. Elle réclame du temps, la connaissance du terrain, respecte le rythme d’action des associations et le rythme d’appropriation par les entreprises. Les entreprises sont en recherche de compétences mais on ne déclenche pas l’embauche en claquant des doigts. Les PME ont besoin de visibilité sur le carnet de commandes et de stabilité économique. Elles commencent à les trouver. Elles sont attentives au testimonial et à des expériences qui ont fait leurs preuves sur le terrain, sans contraintes ! Quatre territoires ont été retenus: Argenteuil (95), Grigny (91), Saint-Quentin en Yvelines (78) et Plaine Commune (93). Ce ne sont pas les plus riches, les plus protégés, la diversité de leur population y est forte comme leur taux de chômage. Les entreprises, tous secteurs confondus, y sont présentes et jouent leur rôle sociétal. Et pourtant, il y a urgence. C’est pourquoi nous devons commencer par ces territoires.

Trouver un emploi, c’est trouver une place dans la République

Comment s’étonner que certains de nos territoires franciliens soient devenus des espaces de non droit, et de radicalisation,  si l’espoir d’une vie meilleur, et d’un travail justement rémunéré, n’existe pas ! Le respect des valeurs républicaines passe par le respect de la diversité et non par l’exacerbation des communautarismes. La non-discrimination et l’égalité des chances doivent déboucher sur du concret. L’enjeu sociétal est fondamental pour tous. Les attentes des entreprises en compétences et l’implication des acteurs sociaux sont réelles. Le « Plan 1000 jeunes » est maintenant l’occasion de penser autrement l’emploi, de mettre en valeur l’inclusion économique par une approche constructive, partagée et durable. C’est pourquoi nous y croyons !

Par Didier Baichère, Bernard Cohen-Hadad, Saïd Hammouche


Photo : Aïcha, Hamza et Oumane habitent en Quartiers Prioritaires de la Ville, actuellement en immersion dans une PME – © Bernard Cohen-Hadad

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.