Les assureurs crédits doivent prendre des risques

Le gouvernement mise sur l’investissement des entreprises pour amorcer la reprise et l’assurance-crédit, fait feu de tout bois pour séduire les PME. Mais le mariage de raison entre les PME et les assureurs-crédits n’a pas toujours été sans nuages. Au début de la crise, les patrons de PME ont vu certaines sociétés d’affacturage dénoncer, sans ménagement, leurs engagements. Mais il faut aujourd’hui tourner la page, ouvrir un nouveau chemin, et sur le financement des PME abandonner les idées reçues.

PME, comment se financer à court terme

Les sociétés d’affacturage font les yeux doux aux PME. Ce marché est immense avec un potentiel de plus de trois millions d’entreprises. Des ouvertures en direction des organisations patronales ont été faites. Sur le terrain, les PME réalistes ont toujours avancé sur des œufs. En effet, les patrons de TPE et PME n’ont pas oublié la situation catastrophique des premiers mois de la crise financière…

Lire l’intégralité de l’article

Départementales, ne pas céder aux sirènes du poujadisme

Les grands vainqueurs de ces premières élections seront le parti de l’abstention et le Front national. Alors que nous sommes en pleine crise de confiance, on peut se demander si le seul moyen pour les français d’être entendus c’est de jouer avec le feu. En effet, rôle des départements n’est pas anodin en matière économique ou sociale. La focalisation sur le vote extrémiste produit un débat d’idées tronqué. Il ne permet pas aux PME faire valoir leurs idées, de participer aux programmes des partis, de les discuter ni de les nourrir en propositions.

Départementales, la grande méprise

Les élections départementales se dérouleront les 22 et 29 mars 2015 et nous savons déjà presque tout. Le grand vainqueur sera le parti de l’abstention. Le Front National qui, aujourd’hui, n’a qu’un seul élu entrera en nombre dans les conseils départementaux et le rapport de force entre la gauche et la droite (UMP, UDI, divers droite) s’inversera lourdement. Sans surprise, le PS au pouvoir subira un sérieux revers. Sans illusion sur les résultats, le Président de la République et le Premier ministre ont indiqué qu’il n’y aura pas d’infléchissement de la politique gouvernementale. Dans ces conditions, notre vote est-il vraiment utile ?

BPI France n’est pas le messie

Un peu plus de deux ans après sa création, la banque publique d’investissement, BPI France, est en pleine actualité. Elle vient de rendre son rapport annuel sur l’évolution des PME en 2014, son directeur général, Nicolas Dufourcq, présente son bilan et la mission d’information de l’Assemblée Nationale, voulue par Claude Bartolone, rendra prochainement ses conclusions. Mais, au risque de décevoir, la Banque public ne peut pas apporter des solutions à tout.